Lettre d’infos d’Europe Écologie Les Verts – Voironnais-Bièvre juin 2020

Quand arrive le déconfinement

Nous avons été confinés parce qu’il n’y avait pas de masques permettant de ralentir l’épidémie. Nous avons été confinés parce que les hôpitaux manquaient de places en réanimation pour faire face à une épidémie. Les hôpitaux manquaient de places en réanimation parce que la moitié d’entre elles avaient été supprimées au cours des 20 dernières années, parce qu’il « fallait faire des économies ».

Maintenant, la vie normale reprend progressivement. L’épidémie n’est pas finie et il faut toujours se protéger et protéger les autres. Continuer à porter le masque quand c’est utile, à garder ses distances. Ne pas ruiner les efforts faits sans se laisser paralyser par la peur.

Retrouvons le chemin des commerces, celui des marchés. Et puisqu’on parle de marchés, constater que l’organisation des marchés aujourd’hui en place aurait pu l’être bien avant, à Moirans mais aussi et surtout à Voiron où le maire prétendait par principe (quels principes?) impossible de faire pendant des semaines ce qu’il a fait ensuite.

Souvenons-nous que l’éducation est un droit. Pas un droit pour les adultes de faire garder leurs enfants mais un droit pour les enfants. Un droit pour apprendre (l’enseignement à distance ne suffit pas et laisse sur le bord de nombreux enfants) ; un droit pour construire sa personnalité au contact des autres enfants et des enseignants.

Réparons l’économie. Pas pour repartir dans une consommation effrénée épuisant les ressources de la planète. Mais parce que la crise économique consécutive à la pandémie a rejeté de nombreuses personnes dans la misère ; parce qu’arrivent sur le marché du travail des centaines de milliers de jeunes gens sans espoir d’emploi.

Souvenons-nous que la nature nous a manqué quand nous étions confiné.e.s. Cette nature qu’il faut bien protéger alors que nous assistons à une extinction massive des espèces.

Souvenons-nous que ce qui était impossible, impensable même a été fait et peut être refait. Alors que la moindre dépense environnementale, sociale ou sanitaire était jugée hors de nos moyens, hors de l’orthodoxie budgétaire, hors de ce que la société pouvait accepter, voilà que pendant deux mois et plus des décisions ont été prises « quel qu’en soit le coût », bouleversant les comportements de millions de personnes.

Agissons face au changement climatique. Parce que le changement climatique est porteur de difficultés bien plus graves que cette pandémie, il faut agir. Et comme nous l’avons constaté, ce qui paraissait incroyablement difficile peut être fait. Et comme nous l’avons constaté, il vaut mieux agir avant de subir les conséquences et parer au plus pressé. La lutte contre le changement climatique vise à réduire les émissions de gaz à effet de serre pour limiter l’ampleur de l’augmentation des températures et à mettre en place dès à présent les mesures qui nous permettront de mieux supporter ce que nous ne pouvons plus empêcher. Elle est indispensable.

N’oublions pas les leçons de cette crise.

La poussée (inachevée) des Verts au premier tour des municipales

Deux universitaires, Florent Gougou et Simon Persico (enseignants-chercheurs à Sciences Po Grenoble et au laboratoire PACTE-CNRS) ont analysé, dans une note à la Fondation de l’écologie politique, les résultats du premier tour des élections municipales.

Cette note (dont ou peut retrouver ici le PDF), relève que l’environnement est une préoccupation importante pour la population et que les médias s’y intéressent de manière accrue.

Les résultats mettent en évidence une percée électorale au premier tour et les auteurs posent la question de la capacité des Verts à passer avec succès l’étape des élections départementales et régionales de l’an prochain. Après, évidemment, le second tour des municipales le 28 juin.

Sols pollués à Voiron sur le site Rossignol

Nous avons évoqué la question des sols pollués sur l’ancien site de la société Rossignol à Voiron dans notre Lettre d’infos d’avril 2020.

Cette pollution persistante avait conduit le préfet de l’Isère à instituer des servitudes d’utilité publique pour interdire certains usages dans deux secteurs du site, au nord et au sud en application du code de l’environnement.

Curieusement, ces deux secteurs ne sont pas contigus, comme si le terrain entre les deux avait, lui, été entièrement dépollué.

En juin 2018, la Communauté d’agglomération (CAPV) avait adopté un avenant à passer avec l’établissement public de portage foncier (EPFL) en vue de « permettre l’intégration du proto-aménagement de la zone ». Une expression un peu bizarre. Il s’agissait en fait de financer discrètement une partie des travaux de dépollution du site Rossignol dont le coût était estimé à 600 000 € HT et dont l’entreprise ne voulait payer que 300 000 € HT. Ce montage permettait aussi la réalisation de la nouvelle rue (aujourd’hui rue Philippe Vial) au plus tard début 2020. Avant les élections municipales.

Le résultat est quand même une absence de dépollution totale du site, alors que celle-ci était jugée techniquement possible.

Blog d’une colocaterre

« En cette période étrange où funambules sur le fil du rasoir nous attendons, scrutons, espérons un monde d’après où s’ouvrirait un champ des possibles résilient », Myriam Laïdouni Denis a décidé de créer un blog, hébergé sur le site Mediapart. Sur ce blog dévolu au champ politique, elle « sème interrogations, réflexions, pour panser, penser le monde et ses colocaterres ».

Ce blog Mediapart est consultable à cette adresse, même sans abonnement.

Myriam Laïdouni Denis, militante écologiste (EÉLV) est conseillère régionale.

Sous le masque de Lolo

La communauté d’agglomération du Pays Voironnais (CAPV), a décidé d’acheter des masques et de les distribuer à la population : deux masques par personne. D’autres intercommunalités ont fait de même.

De son côté, Laurent Wauquiez, président de la région Auvergne-Rhône-Alpes a annoncé l’achat de masques pour l’ensemble de la population.

Dans les deux cas, la distribution devait être faite par les communes.

À Voiron, la Ville annonce en ces termes la distribution des masques de la CAPV : « la Ville de Voiron va fournir gratuitement à chaque Voironnais (…) deux masques (…) financés par le Pays Voironnais et la Région Auvergne-Rhône-Alpes ». Une manière de mettre en avant la Ville (qui n’achète pas les masques mais les distribue) et la Région (qui ne participe pas à cette opération). La Région n’est pour rien dans cette distribution mais, à un an de l’élection du conseil régional, un peu de propagande (illégale) ne déplaît pas à son président et à ses soutiens.

Mais au fait, les masques promis le 16 avril dernier par Laurent Wauquiez, et qui eux devaient être financés par la Région, quand seront-ils distribués à Voiron ?

Nucléaire non merci !

Le 31 mai dernier, le réacteur n°1 de la centrale nucléaire du Tricastin fêtait des 40 ans de service.

Quarante ans de service, c’est la durée de fonctionnement pour laquelle elle a été conçue.

Pour EDF, il n’est pas question d’arrêter cette centrale et encore moins de la démanteler : l’entreprise a demandé à prolonger l’activité de la centrale pendant encore 10 voire 20 ans.

Des associations ont, à l’occasion de cet anniversaire, demandé la fermeture de ce réacteur.

EDF veut prolonger la durée de vie d’autres réacteurs. On peut avoir des doutes sur la capacité humaine d’EDF à mener à bien la construction de nouveaux réacteurs (EPR), à adapter les réacteurs anciens pour qu’ils continuent à fonctionner tout en gérant de manière sûre son parc actuel.

En présentant son rapport annuel le 28 mai, le président de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) pointait un « recul de la rigueur dans l’exploitation des centrales ».

Trois jours avant, son homologue finlandais (STUK) annonçait qu’une fuite avait été observée dans la vanne de commande mécanique de l’une des vannes de sécurité du pressuriseur lors d’un essai préalable au chargement du combustible nucléaire de l’EPR d’Olkiluoto. Ce type de vanne est commun à tous les EPR. Bien évidemment, le chargement du combustible ne sera pas possible avant réparation de ce défaut. Un nouveau retard s’ajoutant aux retards.

Pour accéder à la version PDF : Lettre d’infos juin 2020

Remonter